• presse02

Maladies de la prostate : deux techniques innovantes et non-invasives proposées la clinique de l’Alm

[Communiqué de presse]



La clinique de l’Alma dans le 7ème arrondissement de Paris offre une prise en charge de l’ensemble des chirurgies urologiques, carcinologiques ou non, à l’aide de techniques de pointe. Elle est d’ores et déjà équipée depuis 2014 du robot DA VINCI pour la chirurgie mini-invasive. Aujourd’hui, l’établissement propose deux traitements particulièrement innovants.


Traitement focal par fibre laser du cancer de la prostate

Entretien avec le Docteur François Cornud, radiologue diagnosticien

Ce traitement est proposé dans le cadre d’une étude européenne sur la faisabilité, la tolérance et l’efficacité cancérologique du traitement focal du cancer de la prostate par énergie laser, au sein de laquelle la clinique de l’Alma, avec l’intervention des services d’urologie et de radiologie interventionnelle, représente la France.


Lorsque l’on évoque ce traitement, de quoi parle-t-on ?

Développé aux Pays-Bas et aux États-Unis, ce traitement focal par fibre laser (également appelé laser interstitiel) offre une solution intermédiaire à la prise en charge des cancers de la prostate à faible de risque de progression. « Jusqu’à maintenant, il n’y avait que deux options tangibles proposées aux patients : les petits cancers avec progression lente étaient éligibles à une surveillance active de la tumeur par IRM et PSA annuels, tandis que les cancers plus développés étaient candidats au traitement d’emblée, dit radical, consistant à traiter toute la prostate, chirurgicalement ou par irradiation, avec un taux de guérison très élevé, mais source de potentiels effets secondaires, pouvant retentir fortement sur la qualité de vie après traitement (impuissance sexuelle ou incontinence urinaire) ».

Le traitement par fibre laser permet de détruire sélectivement la tumeur en évitant les effets secondaires des traitements radicaux. Le guidage IRM direct a une précision très élevée pour conduire le traitement, car on utilise le même outil pour localiser et traiter la tumeur. Ce traitement s’adresse aux tumeurs visibles en IRM de pas de plus de 15 mm de grand axe, chez des patients atteints d’un cancer d’agressivité faible ou intérmédiare (groupes 1 à 3 sur une échelle de 1à 5)


Quel est le principe de la méthode innovante que vous proposez ?

L’intervention est réalisée sous guidage IRM direct, et est assistée par un robot IMR-compatible qui guide avec précision le placement de la fibre laser au centre de la tumeur, visible en IRM. La longueur d’onde de la fibre diffuse de façon radiale une énergie laser qui va détruire uniquement la tumeur, ainsi qu’une marge de tissu autour d’elle, appelée marge de sécurité carcinologique. L’IRM a une propriété unique : elle permet de contrôler la température délivrée par la fibre laser, en temps réel, pendant la destruction du volume cible (tumeur et marge de sécurité). Cette thermométrie IRM évite de léser les tissus sains autour du volume cible, car l’effet ablatif du laser procure une limite nette, pratiquement à l’emporte-pièce, entre les zones traitées et les zones saines.

Le traitement se fait en ambulatoire et sous anesthésie locale, car on passe par voie rectale. Le temps d’examen oscille entre une heure et une heure trente.


Quels en sont les atouts ?

L’ablation tumorale focale par énergie laser interstitiel offre un traitement dont la courte durée (la plus courte par rapport aux autres sources d’ablation) focale, lui permet d’être réalisée sous anesthésie locale. Elle offre le guidage le plus précis par rapport aux moyens d’imagerie (échographie), et, est le seul moyen d’imagerie qui permette de contrôler en temps réel la température délivrée par l’agent ablatif, lui procurant un degré d’innocuité élevé. Elle est la seule technique qui permette de vérifier l’efficacité du traitement dès la fin de l’intervention. Enfin, c’est également de loin la technique la plus économique, actuellement disponible sur le marché, compte tenu du coût peu élevé du matériel et de la réduction du temps d’occupation de la salle IRM grâce à l’assistance robotique.


Traitement de l’adénome de la prostate avec le REZUM

Entretien avec le Dorcteur Marc Galiano, chirurgien urologue – andrologue – cancérologue.

Une nouvelle alternative sans effet secondaire, destinée aux jeunes patients.


Quel est le principe du traitement REZUM?

On parle ici d’un dispositif qui nous permet de traiter l’adénome de la prostate en ambulatoire par de la vapeur d’eau. Venu des Etats-Unis où il est validé par la FDA (haute autorité de la médecine), le REZUM est encore en cours de validation en France et n’est proposé que dans quelques établissements de référence. Ce traitement non-invasif va permettre de réduire en moyenne de 50% les symptômes urinaires, tout en conservant les fonctions sexuelles (érection et éjaculation) sans entraîner d’incontinence urinaire« le score de gêne mictionnelle (IPSS)est divisé par 2, ce qui est remarquable en la matière. Une petite révolution en somme, qui offre une nouvelle alternative entre les médicaments et l’intervention laser ».

L’intervention est simple et dure 5 minutes : il s’agit d’une technique endoscopique avec un dispositif jetable qui permet de générer de la vapeur à 67 degrés au sein de la prostate. Cette action va permettre de dénaturer les protéines prostatiques et donc d’entraîner une diminution de la glande en 1 à 3 mois.


À qui s’adresse ce traitement ?

Le REZUM est proposé à des patients plutôt jeunes, déjà traités par médicament, sans résultat efficace, ou qui sont gênés par leurs effets secondaires. On agit généralement sur des prostates de 20 à 80 grammes. Les effets du REZUM durent 4 ans et l’intervention peut être renouvelée 1 à 2 fois. « On est certes sur un résultat moins pérenne qu’un laser, mais c’est une vraie alternative au traitement medical, sans altérer la qualité de vie sexuelle».


Quels en sont les atouts ?

Le REZUM est un traitement non-invasif, qui se réalise en ambulatoire. Le dispositif est d’autant plus intéressant qu’il peut se prendre en charge sous hypnose et sédation légère.



À propos du goupe Almaviva Santé

Almaviva Santé a été créé en 2007 par l’acquisition d’un premier établissement à Marseille, puis s’est développé à travers de multiples opérations de croissance externe. Aujourd’hui, Almaviva Santé est le cinquième groupe d’hospitalisation privée en France. Le groupe gère 35 cliniques, dont 18 en région Sud et 17 en Ile-de-France.



Communication presse

Elizabeth Nicoletta - 06 0379 40 54 – Marie Carbonnel - 06 21 81 64 22 - rp.almaviva@gmail.com

#santé #medical #communiquédepresse #Almaviva #hôpital

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 rue de la Monnaie 64100 Bayonne

 T 06 21 81 64 22

 

  • LinkedIn Social Icon